Plan communal de sauvegarde

La commune d’Arveyres s’est dotée d’un Plan Communal de Sauvegarde (PCS) adoptée par délibération du conseil municipal en date du 11 décembre 2010 et par arrêté municipal en date du 13 décembre 2010 concernant les risques suivants :

  •   1. NATURELS : Inondation – Retrait gonflement des argiles - Tempête

  •   2. TECHNOLOGIQUES : Rupture de barrage – Nucléaire – Transport matières dangereuses 

Afin de prévoir, d’organiser et de structurer l’action communale en cas de crise.

ACTIVATION du PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE :

Il peut être activé par le Maire ou/et par l’Autorité Préfectorale (le préfet ou son représentant)
CONTACTS :

  • 1 Téléphone Mairie 05 57 24 80 14 
  • 2 Fax Mairie : 05 57 24 80 64 
  • 3 Adresse mail Mairie : contact@arveyres.com

EN CAS D’ALERTE

Ce qu’il faut faire :

  • Rejoindre sans délai un local clos, de préférence sans fenêtre, en occultant le plus possible les ouvertures (fenêtres, portes, aérations, cheminées…).
  • Prévoir les équipements minimum : radio portable, papiers personnels, médicaments urgents, couvertures, vêtements de rechange, matériels de confinement… 
  • Arrêter climatisation, chauffage et ventilation.
  • Ecouter la radio : France Inter FM 89.7 ou FM 92.4 – France Info FM 105.5 ou France Bleu Gironde FM 101.6 ou FM 100.1

Ce qu’il ne faut pas faire :

  • Rester dans un véhicule
  • Aller chercher ses enfants à l’école (les enseignants se chargent de leur sécurité). 
  • Téléphoner : les réseaux doivent rester disponibles pour les secours
  • Rester près des vitres 
  • Ouvrir les fenêtres 
  • Allumer une quelconque flamme 
  • Quitter votre abri sans consigne des autorités

En cas d’alerte « INONDATION »

Un risque d’inondation menace votre quartier :

SANS EVACUATION

  • Préparez vous à évacuer sur ordre si cela devenait nécessaire
  • Restez attentifs aux instructions qui vous seront données pour votre sécurité 
  • Pour votre habitation, appliquez les consignes pratiques données par la Mairie

AVEC EVACUATION

  • Evacuez immédiatement la zone où vous vous trouvez dans le calme 
  • Rejoignez le lieu de regroupement dont vous relevez et suivez toutes les instructions des forces de l’ordre

6 réflexes pour bien réagir en cas d’alerte nucléaire

  • 1. JE ME METS RAPIDEMENT A L’ABRI : Rejoignez sans délai un bâtiment en dur. Si vous êtes déjà dans un bâtiment, isolez-vous de l’extérieur : fermez portes et fenêtres et coupez la ventilation. Si vos enfants sont à l’école au moment de l’alerte, ils seront mis à l’abri par les enseignants.
  • 2. JE ME TIENS INFORMÉ : Respectez les consignes de protection des pouvoirs publics (prise d’iode par exemple) diffusées par la radio (France Bleu, France Info, etc.), la télévision (France Télévisions) et le site Internet de votre préfecture. Pensez à vous doter, auparavant, d’une radio à piles et de piles de rechange.
  • 3. JE NE VAIS PAS CHERCHER MES ENFANTS A L’ECOLE : Restez à l’abri. A l’école, vos enfants sont pris en charge par leurs enseignants.
  • 4. JE LIMITE MES COMMUNICATIONS TELEPHONIQUES : Ne saturez pas les réseaux de communication. Ils sont nécessaires à l‘organisation des secours et à la transmission d’informations.
  • 5. JE PRENDS DE L’IODE DES QUE J’EN RECOIS L’INSTRUCTION : La dose d’iode stable doit être prise uniquement et immédiatement à la demande du préfet et en respectant la posologie suivante : - A partir de 12 ans (adulte, y compris les femmes enceintes) : 2 comprimés d’iode (130 mg) ; - Enfant de 3 à 12 ans : 1 comprimé d’iode (65 mg) - Enfant de 1 mois à 3 ans : ½ comprimé d’iode (30 mg) - Nourrisson (jusqu’à 1 mois) : ¼ de comprimé d’iode (15 mg).
  • 6. JE ME PREPARE A UNE EVENTUELLE EVACUATION : Munissez-vous du kit d’urgence que vous aurez préparé au préalable : il comprend en particulier vos papiers personnels, vos éventuels traitements médicaux, des vêtements, de la nourriture et de la boisson. Lors de l’évacuation, respectez les consignes de circulation.

Pourquoi une alerte nucléaire

L’alerte est déclenchée quand un événement dans une centrale nucléaire est susceptible d’entraîner des rejets radioactifs, notamment de l’iode, et d’avoir des conséquences sur la population présente à proximité.

  • Pourquoi des comprimés d’iode ?

La prise de comprimés d’iode stable est un moyen de protéger efficacement la thyroïde contre les effets des rejets d’iode radioactif qui pourraient se produire en cas d’accident nucléaire.
L’iode est en effet un oligo-élément naturel, indispensable au fonctionnement de la thyroïde.
On le retrouve dans l’eau et les aliments que nous consommons. Les comprimés d’iode sont des médicaments fabriqués avec de l’iode comparable à celui qui se trouve dans la nature et dans l’alimentation : on l’appelle l’iode stable.
En cas d’accident nucléaire, le rejet d’iode radioactif dans l’atmosphère pourrait constituer un risque sanitaire significatif pour la population. Respiré ou avalé, l’iode radioactif se fixe sur la glande thyroïde et pourrait accroître le risque d’apparition de cancer de cet organe, surtout chez les enfants. L’iode stable sature la glande qui ne peut plus capter ou fixer l’iode radioactif.
Prendre ses comprimés d’iode sur ordre du préfet fait partie des actions de protection des populations en cas d’alerte avec l’évacuation et la mise à l’abri. Les enfants et les femmes enceintes sont particulièrement concernés par cette mesure.

  • Si j’ai des animaux domestiques : que dois-je faire ?

Si l’alerte vient d’être donnée, vous pouvez mettre à l’abri vos animaux de compagnie, dans la mesure où leur mise à l’abri est facile à réaliser. Vous ne devez en aucun cas vous mettre en danger, mettre en danger les autres ou entraver l’action des secours afin de mettre un animal de compagnie à l’abri.
Pendant la phase d’urgence, une évacuation des populations peut également s’avérer nécessaire. Une séparation liée à une incertitude sur le sort de l’animal est perturbatrice pour les propriétaires. Il est donc recommandé de permettre aux personnes, si cela ne porte pas atteinte à leur sécurité, d’emmener leurs animaux de compagnie.
On déconseille l’administration d’iode stable aux animaux pour des raisons multiples. L’analyse des avantages et des inconvénients d’une telle administration est nettement en sa défaveur : outre le niveau faible du risque sanitaire qu’elle est appelée à prévenir, elle ne présenterait un intérêt que chez l’animal radio-sensible, c’est-à-dire le jeune et principalement le très jeune animal (moins de 3 mois).